Prendre rendez-vous

Naturopathie Sophrologie Reflexologie
à Châteaubriant

La sophrologie et l'accomplissement de soi

Par Yohann Brochet Guimas le 4 septembre 2018
La sophrologie et l'accomplissement de soi

 

Voilà un titre qui pourrait servir de sujet d'examen de philosophie au baccalauréat. C'est aussi un sujet qui a du être traité des centaines de fois mais combien savent ce qu'est vraiment la Sophrologie ? Que dire sur la notion de Soi ? Trop souvent confondue avec celle du Moi.

Je pourrai vous dire ce qu'est la Sophrologie pour Alfonso CAYCEDO, son créateur, l'aborder par l'aspect Historique, scientifique ou même personnel mais pour traiter ce sujet il faut plutôt l'envisager comme l'Art de vivre au présent sans jugement ni a priori.

Derrière la notion d'accomplissement de soi se cache souvent une forme de quête du bonheur. Comme si l'accomplissement de Soi revenait à l'accomplissement de ses désirs. C'est précisément là que la confusion se fait entre Moi et Soi, mon ego et mon âme. Mais considérons cette notion comme la découverte, la conquête et la transformation de nous même.

La sophrologie et l'accomplissement de soi ou l'accomplissement de soi et la sophrologie ?

Vivre dans notre société, celle du plus vite, du toujours et encore plus, implique la notion de temps. Ce temps si précieux, si rare même, qu'il manque tout le temps. Notre société n'offre-t-elle pas une multitude de biens et services pour « gagner du temps » ? Téléphones, ordinateurs, internet, voitures, taxis, trains, bus, avions etc... Alors pourquoi lui courir après continuellement ? Dès le pied posé par terre la course commence, une douche vite fait, un petit déjeuner sur le pouce, foncer emmener les enfants à l'école, filer au travail, courir attraper son bus, son métro ou son tram. Et ensuite au travail se dépêcher car il y a du travail en retard. Une pause déjeuner ? D'accord mais vite fait car il faut « récupérer le temps perdu ». La journée professionnelle terminée, vite aller chercher les enfants et rentrer chez soi (à son domicile bien entendu car « rentrer chez soi » peut vouloir dire tout autre chose). Et là ? Eh bien ça continue. Vite checker les leçons des enfants, le bain, la cuisine etc etc …Il n'y a pas de place pour du temps pour Soi. C'est ardu voire impossible. Et si la Sophrologie, cet art de vivre au présent sans jugement ni a priori, faisait voir et penser les choses autrement...

Alors comment le prendre ce temps pour Soi ?! Et d’ailleurs, c'est qui Soi ?

Notre société permet d'être n'importe qui sauf soi-même. Dès le matin, il faut se préparer à être le salarié, l'employé ou l'ouvrier désiré par l'employeur. Puis il faudra paraître heureux et épanoui dans ce rôle, et effectivement Soi se perd derrière ces masques mis pour le paraître. Cette perte de Soi équivaut à la perte de son âme et cela n'est pas sans conséquence psychologiques évidement mais aussi physiques. Bien souvent le corps aura envoyé des messages d'alarme mais nous n'aurons pas pris le temps de les écouter. En effet, outre le fait de se perdre, c'est épuisant de ne pas s'écouter et un jour le corps dit : « stop ». Heureusement, il y a les vacances pour y échapper, pour se recharger et puis si cela ne suffit pas il y aura bien un petit arrêt de travail, mais petit 3 à 5 jours et c'est reparti. Attention, peut être est-ce là le chemin de la dépression, de la maladie, du burn-out ou pire encore ? Et si la Sophrologie, cet art de vivre au présent sans jugement ni a priori, faisait agir autrement...

 

Savoir écouter son corps, prendre des moments pour Soi, savoir poser son mental, respirer, gérer ses émotions, accepter ce qui est, ce que je ne peux pas changer, sans jugement ni a priori sont tant de choses permises en vivant au présent, en étant sophrologue.

C'est ainsi que la notion de temps prend tout son sens. La journée passe de trop courte à riche de ses 24 belles et longues heures où il y a le temps pour tout. Cela devient possible grâce à l'éveil. Grâce au fait d'être acteur de sa vie plutôt que de la subir. Grâce à cet art de vivre au présent sans jugement ni a priori . Grâce à cette découverte, conquête et transformation de Soi. Vivre en ayant conscience de vivre, conscience de sa place au sein de son foyer, de la société, vivre en se sachant exister. Être à ce qu'on fait. Tout cela permet de retrouver confiance en Soi, de rencontrer son âme et de prendre de la hauteur. Hauteur semble être le mot juste plutôt que distance ou recul. Non pas qu'être sophrologue veuille dire être plus « haut » que les autres, non pas du tout. Il s’agit simplement de l'angle de vue qui est différent. Il permet de savoir et de pouvoir prioriser, de prendre un certain détachement par rapport aux événement, d'avoir une vision phénoménologique. Il ne met bien-sur pas à l’abri de l’imprévu mais à quoi bon vouloir le prévoir puisqu'il est imprévu et imprévisible. Cette vision n'empêche pas non plus la prévoyance ni l'organisation. Elle permet de voir différemment.

La Sophrologie permet donc de se découvrir, de se conquérir, de se transformer. Elle donne une possibilité de se retrouver. « Re-trouver » car, s'il y a eu égarement, perte de soi, c'est bien qu'à un moment Soi existait. Ce moment de liberté, de bonheur, de plénitude c'est l'enfance. Durant cette période de la vie rien n'est plus vrai que le présent. Lors de la petite enfance la notion de temps n'existe même presque pas. Hier, demain, dans 2 heures, ces notions n'ont que peu de sens en vérité. L'enfant vit au présent sans jugement ni a priori et finalement plus nous nous écartons de cela et plus nous nous perdons. Il ne s'agit pas de redevenir puéril, enfant mais bien de « Re-vivre » au présent, libéré. C'est très souvent lors de cette « Re-naissance » que les rires, les pleures, les peines spontanées ou enfouies reviennent. Les émotions sont vécues librement dans l'instant sans jugement ni a priori. Si le contact avec les émotions telles que la peur, la tristesse, la colère, la joie, le rire est si naturel chez l'enfant, cette spontanéité est bien souvent éteinte chez l'adulte. En la rallumant, nous nous harmonisons avec nos valeurs de vie, avec Soi. Nous redonnons sens à la vie.

Finalement, être Soi c'est « Re-possible »

Vivre au présent tout en étant soi et être soi en vivant le moment présent sont deux choses étroitement liées se servant réciproquement. Être Soi signifie être vivant, changeant, mouvement et d'en avoir conscience. Soi n'est en fait jamais réellement accomplit.Le croire serait ne plus l'être.Cette « Re-découverte » de soi est quelque chose qui se construit qui se conquière, qui se transforme et qui se vit continuellement. La Sophrologie, un chemin vers Soi ?

Y. Brochet-Guimas votre praticien de santé